Éparpillé, ce roman porte bien son nom

Couverture du roman Éparpillé

Tel que promis, voici ma toute première recension littéraire, rédigée pour le club de lecture Rubarbe, la startup fondée par Julien Brault. Mise à jour, cette startup n’existe plus. Julien a lancé récemment Hardbacon.

Louis de Gonzague, trentenaire désabusé, se laisse enivrer par la charmante serveuse londonienne aux lunettes surdimensionnées. Il ne sais pas trop pourquoi ni comment cela est arrivé, mais il a le béguin pour cette jeune femme à l’air désinvolte. Il fera tout pour la retrouver, même s’il doit s’envoler sur le Vieux Continent.

Benoit Roberge nous présente un tout premier roman qui a un rythme particulier, tout simplement décoiffant. Le personnage principal s’éparpille (c’est le cas de le dire) dans ses pensées, ses idées et ses aspirations. À la mi-trentaine, le protagoniste d’Éparpillé se retrouve en quête identitaire, autant pour en ce qui concerne une vie personnelle vacillante et dépravée ainsi que sa vie professionnelle terne et sans saveur.

En résumé

Éparpillé est un roman qui nous accroche un sourire et laisse songeur. De préférence, il doit être consommé à l’ombre, sur une chaude terrasse. Le texte est cru et s’adresse à un public averti.

Laisser un commentaire