Mon évaluation subjective de la Garmin vivoactive HR

J’utilise depuis quatre mois une nouvelle montre hybride : GPS et intelligente. Voici mon évaluation subjective de la Garmin vivoactive HR. À titre indicatif, c’est ma toute première montre connectée, je ne peux donc pas la comparer à une autre. Je me suis procuré cette montre à un prix que je trouvais plus que convenable : 199 $ + taxes. Le PDSF s’élevait à ce moment à 329 $ (il est toujours à ce ce prix, bien qu’actuellement en vente à 249 $ sur Amazon.ca).

Historique d’usage : les moniteurs d’activité

J’ai débuté le monitorage de mes activités physiques à l’aide l’application Running de Nike, installée sur mon iPhone au courant de l’année 2014. J’ai ensuite rejoint la communauté Strava au cours de l’année 2015 et j’ai continué d’accumuler des données à l’aide de l’application, de manière intermittente (selon mon niveau de motivation).

Lors de l’hiver 2016, j’ai commencé la course nordique. Le problème majeur avec l’application Strava utilisée à l’aide d’un téléphone intelligent, c’est l’utilisation excessive de la batterie. Et trop souvent, la batterie a gelé à grands froids, ce qui a interrompu Strava.

À mes commencements, j’aimais bien écouter de la musique lors de mes sorties de course, je trouvais donc utile d’avoir un appareil multitâche entre les mains. Depuis, j’en écoute beaucoup moins. Je préfère m’immerger au travers des bruits environnants et me concentrer sur l’effort physique. J’ai donc commencé à trouver le téléphone « encombrant », surtout lorsque j’ai vu apparaitre au poignet de collègues et amis un nouvel objet.

Un nouvel objet, un nouveau besoin

Société de consommation, quand tu nous tiens! J’ai rapidement été charmé par cette nouvelle montre sportive, mais je dois avouer que j’ai rapidement été submergé par les différents modèles et fonctions proposés. L’une des fonctions qui de prime abord m’ont intéressé, c’est le capteur de fréquence cardiaque intégré au poignet des modèles de calibre professionnel.

À la fin de l’automne 2016, je me suis mis à la recherche d’une solution afin de combler ce nouveau besoin. Au début, je me suis tourné vers la série Garmin Forerunner (15 ou 220), à la recherche d’un modèle qui convenait à mon budget, 100 à 200 $ avant les taxes. J’étais même prêt à me procurer un modèle plus avancé, de seconde main (puisque je désirais le capteur de fréquence cardiaque).

J’ai ensuite dérivé vers la série vivofit, me disant que je pourrais peut-être laisser aller la fonction GPS. Chez le compétiteur, je regardais les fitbit Alta et Charge. Je me suis rendu compte que je m’éloignais de mon projet initial, soit de me procurer une montre GPS afin de monitorer mes activités sportives.

Lorsque les soldes d’Après-Noël ont envahi nos écrans, j’ai tout de suite remarqué la montre Garmin vivoactive HR. À 199 $ + taxes, c’était une aubaine. Toutes les fonctions que je désirais s’y retrouvaient :

  • Le positionnement par GPS;
  • Un capteur de fréquence cardiaque intégré au poignet;
  • La compatibilité avec la plateforme Strava.

De plus, j’ai découvert des nouvelles fonctions, pour en citer quelques-unes :

  • Compteur de pas (avec un objectif qui s’ajuste automatiquement chaque jour);
  • Analyse du sommeil;
  • Capteur « d’inactivité »;
  • Notifications des appareils intelligents (appels, messages, alertes, etc.).

Vous retrouverez la fiche technique complète sur le site de Garmin.

Photo de moi prise quelques centaines de mètres avant l’arrivée du Défi Entreprises 2017 (je n'avais pas encore la Garmin vivoactive HR).

Mon évaluation de la Garmin vivoactive HR

Je porte la montre tous les jours depuis 4 mois. Le moniteur d’activité est très sympathique, puisqu’il m’invite à bouger, tous les jours.

Batterie : Je recharge la batterie chaque semaine, environ, tout dépendant mon niveau d’activités. Pour ma part, je trouve que c’est tout à fait convenable. L’utilisation du GPS et du capteur de fréquence cardiaque de manière intensive écourte cependant la durée de la batterie.

Capteur de la fréquence cardiaque : Très apprécié! Ce capteur fonctionne très bien à l’aide des trois petites diodes électroluminescentes vertes au dos de la montre. Il capte la fréquence moyenne journalière (une capture aux 10 minutes), et en tout temps lors d’une activité sportive (permet le ciblage de nos zones d’effort).

Compteur de pas : La montre compte les pas et ajuste l’objectif quotidiennement. Si une semaine est plus tranquille, le micrologiciel abaisse l’objectif, alors que lors d’une semaine mouvementée, l’objectif décolle vers la stratosphère! Dans mon cas, le nombre de pas marchés tous les jours a augmenté de manière assez stable, depuis le 1er janvier dernier. J’ai commencé l’expérience à 7 500 pas par jour, j’en suis aujourd’hui à 10 800.

Notifications et météo: Au début, j’ai synchronisé la montre avec ma tablette, afin de tester la réception des notifications. Je m’en suis vite lassé, me trouvant à nouveau « hyperconnecté ». En ce qui concerne les prévisions météorologiques, c’est plutôt sympathique des les avoir au poignet.

Sommeil et nombre d’étages : L’analyse du sommeil, je trouve ça un peu superflu, je dois avouer ne pas avoir trouvé de réelle application des données récoltées. Même chose pour le nombre d’étages gravis ou descendus. Je suppose que si je suivais un entrainement les escaliers, j’y verrais peut-être un avantage.

Ce que j’aime :

  • L’ergonomie, les menus et la réactivité du logiciel interne. Le tout est très fluide.
  • Le moniteur d’inactivité, qui t’avertit de temps à autre, à chaque demi-heure jusqu’à 2 h après la dernière période active, qu’il est temps de bouger. La jauge se réinitialise alors lorsqu’un mouvement continu est détecté.
  • Les différents sports qu’il est possible d’analyser : course, vélo, nage, golf, marche, aviron, stand up paddle, ski/snowboard, ski de fond, course en salle, vélo en salle, marche en intérieur et rameur d’intérieur.
  • La résistance à l’eau 5 ATM (50 mètres). Elle peut donc être utilisée en piscine sans problème, mais pas en plongée avec bouteilles.
  • La synchronisation transparente avec Strava.

Ce que je n’aime pas :

  • La plateforme Web incluse, Connect, pourrait être plus « intelligente ». Des messages pourraient être envoyés un peu plus souvent, durant une activité physique intense ou au quotidien. La navigation n’est pas toujours simple et la communauté Garmin n’est pas très grande ou active à Québec. Une chance qu’on peut synchroniser nos données avec Strava, et retrouver cette plus grande communauté de sportifs.
  • Le chargeur avec prise « propriétaire ». Je sais que pour conserver sa résistance à l’eau, la montre ne pourrait pas avoir une connectique USB standard bien que les derniers téléphones, ils sont étanches et ont une connectique USB 3.0 type C?

Une photo de moi à l'effort!En guise de conclusion, une grande question

La grande question : Est-ce que cette montre connectée me fait bouger? Oui et non.

Oui, lorsque je réalise une activité sportive, elle me donne le gout de recommencer, de me surpasser. Les données captées et analysées me permettent de monter un tableau de bord personnalisé de mes performances. Je peux donc m’attarder sur l’indicateur qui me plait et ainsi progresser.

Non, elle n’arrive pas encore à me motiver complètement. Les petits conseils qu’elle me donne sont les bienvenus, mais je dois encore trouver ma motivation avec les groupes de course, les collègues et les amis.

Je vous invite à me suivre sur Strava, si vous souhaitez observer ma progression.

La saison de course à pied est bel est bien commencée, je vous souhaite un excellent printemps!

Laisser un commentaire