Santorini, l’apogée de nos vacances en Grèce

Les petites maisons d'Oia

Santorini, cette magnifique île des Cyclades, est certainement l’une des destinations les plus prisées par les vacanciers à la recherche d’un dépaysement et d’un confort certain. À la suite d’une petite escapade dans ce petit paradis, nous confirmons cette pensée aujourd’hui, voici pourquoi.

Cet article est le deuxième d’une courte série sur notre voyage en Grèce.

À l’origine

Santorini désigne en fait le nom d’un petit archipel volcanique constitué de 5 îles, dont la plus grande se nomme Théra. C’est sur cette île principale que se retrouve le petit village d’Oia, perché au sommet d’un paysage très accidenté. Tous les guides touristiques affichent dans leurs pages une photo des petites maisons blanches d’Oia. C’est ce qui, comme plusieurs, nous a attirés dans la région. De retour au Canada, nous devons nous rendre à l’évidence, visiter Santorini est véritablement un incontournable.

L’archipel de Santorin est vraiment exceptionnel, pour plusieurs raisons :

  • Les paysages sont à couper le souffle;
  • Les activités touristiques proposées sur l’île sont diversifiées et accessibles;
  • Il est possible de se loger à un coût plutôt abordable, si vous savez où chercher;
  • Théra n’est pas très vaste, ce qui permet des déplacements rapides et efficaces entre les différents villages et recoins de l’île;
  • Le réseau d’autobus locaux est développé et plutôt simple, et rejoint les différentes parties de l’île. Les tarifs varient selon la destination, entre 1,80 € et 2,30 € par trajet;
  • Il est même possible de traverser l’île à la marche, si la chaleur ne vous fait pas peur et que vous avez un peu de temps devant vous.

Un logement abordable à Santorini

Afin d’économiser quelques sous, nous avons décidé de nous loger non pas à Oia, ni à Fira la capitale de l’archipel, mais bien à Períssa, un tout petit village balnéaire de 678 habitants. Une particularité intéressante, le village est situé sur une plage où le sable est noir. Nous avons logé à l’hôtel Samson’s Village, situé à quelques mètres de la plage.

Une gastronomie simple, rafraichissante et délicieuse

Si vous deviez choisir qu’un seul établissement sur toute l’île, je vous conseillerais le Tranquilo, un incontournable sur la plage de Períssa. Il nous a conquis, premièrement par ses valeurs, qui nous rejoignent beaucoup : l’établissement prône de fortes valeurs d’écoresponsabilité et d’écologie et nous a servi que des produits locaux. C’est également un établissement qui sert de nombreux plats végétariens et végétaliens. L’ambiance est feutrée et très agréable. Le service est simple, doux, et ô combien efficace. Nous avons passé 3 soirées sur 4 dans ce restaurant, que je recommande à tous.

Une petite escapade sur un voilier

Au cours de notre séjour à Santorin, nous avons réalisé une escapade avec la compagnie Kampari Tours. Pour 45 €, nous avons réalisé la visite suivante :

  • Une courte croisière en voilier depuis le port d’Atalanis, vers le volcan au centre de l’archipel (débarquement sur le Tholos Naftilos, puis randonnée jusqu’au sommet). Marcher sur un volcan, c’est définitivement une drôle d’expérience.
  • Une baignade dans des sources chaudes, de l’autre côté du volcan. L’eau était chaude certes, mais pleine de rouille et avec une odeur nauséabonde. À réaliser au moins une fois dans une vie, c’est une saucette vivifiante.
  • Un dîner sur l’île de Therarissa, puis l’escalade jusqu’au sommet, vers le petit village Manolas, perché sur le promontoire. Il règne un calme plutôt étrange au sommet des escaliers, puisque peu de touristes s’y promènent, alors que le reste du port bourdonne de bateaux arrêtés le temps du dîner.
  • Vient ensuite une dernière balade sur le bateau, direction Oia pour le coucher de soleil. L’astre s’est couché vers 19 h 30, à l’horizon. Ce fut le clou final de notre journée, observer notre étoile disparaître pendant plus de 30 minutes. Puis l’applaudir tout bêtement avec des milliers de touristes agglutinés près des ruines d’un ancien château byzantin.

Bref, la journée fut tout de même chargée, avec un départ à 9 h 45 et le retour autour de 21 h 30 à notre hôtel.

La balade jusqu’au monastère

Entre deux journées à la mer, nous en avons profité pour réaliser l’ascension d’un sentier menant jusqu’au point le plus haut de l’île, jusqu’au petit monastère. Le point de départ fut le petit village de Pyrgos Kallistis et nous souhaitions rejoindre l’ancienne Thira. Une chance que nous avions deux bouteilles d’eau et quelques collations avec nous, puis que ce fut toute qu’une ascension. Au sommet de la montagne, qui cumule à plus de 450 mètres, la vue surplombe l’ensemble de l’archipel, sur 360 degrés.

La descente vers Períssa fut par contre plus complexe. Entre le village de Pyrgos et le monastère, le sentier est bien balisé et plutôt achalandé. La section entre le monastère l’ancienne cité de Thira, c’est une tout autre chose. Le sentier disparait par moment et est plus ou moins bien balisé. Au moins, nous étions en descente, en direction de notre hôtel.

3 heures après le début de notre marche, nous avons finalement rejoint le sable, puis la mer Égée. Le sentiment d’accomplissement, après tout ce dénivelé et ces nombreux kilomètres, Wow!

Le reste de notre escapade s’est déroulée entre notre hôtel, le marché et la plage. À venir dans les prochaines, nos vacances à Naxos!

1 réaction sur “ Santorini, l’apogée de nos vacances en Grèce ”

  1. Mr Jack Réponse

    Ça semble en effet magnifique! C’était sur notre parcours initial de tournée européenne, mais pour différentes raisons on a réduit nos ambitions 🙂 Peut-être un jour nous irons! La partie antique de la Grèce et athénienne ne nous intéresse pas particulièrement, alors c’est plus difficile de justifier un tel détour, mais j’avoue que l’endroit fait rêver, peut-être qu’on changera d’idée 🙂

Laisser un commentaire