Vélo, boulot, dodo : à tous les jours durant la période estivale

Le 1er juin dernier, j’ai finalement mis à exécution un de mes plus grands défi : me rendre au travail en vélo, à tous les jours de la semaine durant la période estivale.

Curieusement, je me suis amusé à comparer les différentes manières de réaliser le trajet : en automobile, en autobus ou bien à vélo.

Voici le résultat, sur un retour classique à la maison en fin de journée, autour de 16 h 30.

Vitesse : tout pour l’automobile

Sans l’ombre d’un doute, la voiture remporte la palme de la vitesse. Cependant, j’ai un tantinet l’impression que ce n’est pas le cas actuellement, avec tous les travaux qui se déroulent en ce moment sur la colline Parlementaire et ses environs.

L’autobus me permet de parcourir la même distance en 39 minutes, en incluant une petite marche de quelques minutes, si j’observe aucune attente à l’arrêt de départ.

Quant au vélo, Google m’indique que je peux réaliser le trajet en 31 minutes, si je suis le tracé proposé par le vélo-boulevard. Si je m’aventure sur les grandes artères, je pourrais potentiellement gagner deux précieuses minutes. En vérité, je préfère la tranquillité du vélo-boulevard, ses grands arbres et la compagnie de mes collègues cyclistes. Je réalise d’ailleurs le trajet entre 25 et 35 minutes (validé avec ma montre sportive), tout dépendant l’heure de la journée, l’état des routes, la congestion routière et mon état de santé général.

Argent et santé : tout pour le vélo

En ce qui concerne l’aspect monétaire, le vélo l’emporte, loin devant l’autobus et l’automobile. Aucun frais mensuel, et j’ai accès à un stationnement intérieur sécurisé au bureau. En bonus, je réalise en moyenne 60 minutes d’activité physique modérée durant ma journée.

Après quelques jours d’utilisation, je me suis rendu compte que mon vélo manquait un peu d’amour. J’ai donc rejoint la coopérative Coop Roue-Libre la semaine dernière afin d’accéder à un atelier, des outils, des pièces de rechange et surtout, à des mécaniciens expérimentés en réparation de vélo.

Coop Roue-Libre : La référence en cyclisme utilitaire à Québec

La Coop Roue-Libre a pour mission de rendre autonomes et responsables les membres de la communauté dans l’entretien, la réparation et l’utilisation du vélo comme moyen de transport.

À ma première visite, ceux-ci m’ont déjà prodigué d’excellents conseils et quelques trucs d’usage afin de rendre mes balades plus agréables. Au passage, j’ai changé mes freins arrière, réaligné mon dérailleur avant et huilé ma chaine. Les prochains travaux : installer des garde-boue et changer les freins avant. L’adhésion à la coopérative est très peu onéreuse : 10 $ pour la part sociale et 12 $ pour 4 mois d’accès à l’atelier. Les pièces de rechange sont également très accessibles, puisque l’organisation recherche constamment des pièces ayant un rapport qualité-prix hors pair.

Je pédale donc 18 kilomètres par jour, 90 kilomètres par semaine, depuis le 1er juin. Le 31 décembre dernier, j’avais comme résolution de pédaler 600 km cette année. Sur Strava, j’ai déjà enregistré plus de 400 km! J’ai l’impression que je vais réussir ce défi, dans les deux prochaines semaines.

Bonne saison de vélo!

Laisser un commentaire